View photo
  • 4 days ago
  • 262

Boxe de rue, boxe à mains nues !

View video
  • 5 days ago

The glory of gardening: hands in the dirt, head in the sun, heart with Nature. To nurture a garden is to feed not just on the body, but the soul.

Alfred Austin
View quote
  • 5 days ago
  • 138
View photo
  • 6 days ago
  • 4222
View photo
  • 1 week ago
  • 874
View photo
  • 1 week ago
  • 72
View photo
  • #William Morris
  • 1 week ago
  • 1

Il a rêvé et voulu […] que l’ouvrier redevînt quelque peu l’artisan qu’il était jadis, s’affranchît de l’automatisme auquel le condamne la machine, et que, le plus possible et le plus souvent possible, il fît oeuvre d’art, s’intéressât à son travail, en y contribuant davantage, l’aimât comme son père aime son enfant, comme tout créateur aime son oeuvre.

Il a voulu que le travail fût une une joie, et non une fatigue, non un écrasement qui brise l’homme, un acte machinal qui le diminue, qui souvent le dégrade. Il a rêvé aussi de libérer l’ouvrier du milieu, pour longtemps encore, trop malsain des villes.

Il a demandé que le beau, l’art, les clartés, le joies de l’art et du beau, n’appartinssent pas seulement à une classe plus ou moins nombreuse de privilégiés, dont beaucoup sont des oisifs, à la classe dite supérieure, mais que l’art, le beau, entrassent comme la lumière du ciel ou l’air pur, aussi bien dans la demeure la plus humble, dans celle de l’artisan et du paysan, que dans la maison du riche.

Jean Lahor à propos de William Morris
View quote
  • #William Morris
  • 1 week ago
View photo
  • 1 week ago
  • 235
View photo
  • 1 week ago
  • 3287

[…] quand vous parlez à un homme socialement technique, il ne rêve que du temps où les machines feront tout le travail, où l’homme ne travaillera plus — c’est-à-dire respirera à la surface, croit-il — ne travaillera plus que quelques minutes par jour à pousser des boutons de machineries ou à lever et baisser des commutateurs. Et qu’est-ce qu’il fera le reste du temps, lui demandons-nous ? Et il nous répond : il se cultivera ; quand ce pauvre homme a oublié, ne sait pas, ne peut pas savoir, dans sa postion antinaturelle, que la vraie culture de l’homme c’est précisément son travail, mais un travail qui soit sa vie, ce qui, évidemment, n’est le cas pour aucun travail technique.

[…] On ne peut pas savoir quel est le vrai travail du paysan : si c’est labourer, semer, faucher, ou bien si c’est en même temps manger et boire des aliments frais, faire des enfants et respirer librement, car tout est intimement mélangé, et quand il fait une chose il complète l’autre. C’est tout du travail, et rien n’est du travail dans le sens social de travail. C’est sa vie.

Jean Giono, « Lettres aux paysans sur la pauvreté et la paix », Écrits pacifistes (via chambre)
View quote
  • 1 week ago
  • 5
View photo
  • 1 week ago
  • 1
View photo
  • 1 week ago
  • 189
View photo
  • 1 week ago
  • 211
View photo
  • 1 week ago
  • 245
x